Kinésithérapie


C’est une thérapie par le mouvement  qui vise d’avantage les pathologies dans un système en globalité.
Elle s’inspire des connaissances biomécaniques et pathologiques afin de mieux comprendre la cause de la douleur et comment la soulager.
Des  techniques de massage ainsi que des mobilisations passives, actives ou contrariées sont utilisé pour résoudre les causes de la douleur et de la limitation du mouvement.
Nous la distinguons ainsi des autres approches corporelles par l’intégration des techniques de massage associées aux mobilisations douce, tout en pratique pour un soulagement rapide.
La kinésithérapie a pour but d’améliorer la gestuelle et de restaurer l’autonomie entravée par certaines pathologies, par des gestes répétitifs ou une posture de travail inadéquate). La kinésithérapie est un outil permettant au corps de retrouver un état favorisant sa propre guérison. Lorsqu’un muscle permet un mouvement ample et sans douleur, c’est l’organisme tout entier qui est stimulé dans toutes ses fonctions.


La Kinésithérapie à les même biens-faits que le massage thérapeutique conventionnel et s’ajoute à tout ça

  • rétablir l’énergie et la vitalité dans les tissus musculaires
  • redonner de la mobilité dans les articulations
  • augmenter et régulariser la capacité respiratoire (respiration plus profonde et plus régulière)

 

La kinésithérapie sadresse :

  • aux personnes souffrantes de douleurs chroniques
  • aux personnes qui ont fait une chute ou reçu un coup (ex: traumatismes, accident.)
  • pour renforcer et /ou détendre les groupes musculaires les plus sollicités par le travail
  • aux personnes ayant des douleurs musculo-squelettiques (ex: tendinite, lombalgie, cervicalgie, entorse, engourdissement des membres, arthrose, arthrite…)
  • aux jeunes qui ont des problèmes de croissance
  • aux gens stressés, nerveux ou constipés chroniques
  • aux sportifs afin de bien préparer leur musculature aux sports pratiqués
  • aux convalescents en traitements curatifs (atonie et atrophies musculaires, raideurs, paralysies partielles, spasmes, douleurs articulaires de réadaptation etc.)